Vous êtes ici
Accueil > Economie > Yvon Sana Bangui: « La BEAC devra innover avec un plan de transformation digitale »  

Yvon Sana Bangui: « La BEAC devra innover avec un plan de transformation digitale »  

Le directeur de l’Informatique et des Télécommunications de la Beac analyse l’importance du digital dans le secteur bancaire et parle de sa participation au dernier salon Africa IT Expo.
 
Vous êtes présent à cette deuxième édition du Salon Aitex, comment appréciez-vous votre  participation ?
 
La mise en œuvre d’une veille technologique est un défi que je dois relever afin de répondre aux attentes des métiers et contribuer ainsi à accroître la performance de la Banque Centrale. A l’instar des grandes entreprises, la banque fait face à des challenges de transformation numérique. Le salon AITEX offre l’opportunité à la forte délégation IT de la BEAC, de connaitre les nouvelles tendances technologiques, de bénéficier des conseils et des retours d’expériences du Maroc et des autres pays du continent.
 
Quels avantages les banques de manière générale et la Beac en particulier tirent du digital ?
 
La digitalisation gagne aujourd’hui fortement le secteur des services financiers. Les Banques en tant qu’actrice centrale de l’économie ont tout intérêt à s’adapter rapidement au nouveau comportement de leurs clients (clients connectés) pour rester compétitives. La Banque Centrale ne saura se déroger à cette nouvelle tendance.  La Beac a tout intérêt à innover avec les nouveaux produits et services grâce à la mise en place d’un plan de transformation digitale. 
 
Comment voyer vous l’avenir du numérique sur le continent ?
 
Plus personne ne doute de l’apport du numérique dans le  développement  de l’Afrique. Aujourd’hui, l’Afrique est devenue le 2ème marché mondial de téléphonie mobile. De nombreuses innovations existent sur le continent, à l’instar de mobile banking qui a favorisé l’inclusion financière et les paiements électroniques. Par ailleurs, il faut le reconnaître, il existe encore de nombreux pesanteurs et défis à l’essor véritable du numérique africain, ces pesanteurs peuvent être réduites par la volonté des politiques qui devra se traduire par le soutien des investissements dans les infrastructures dédiées (énergie, fibre optique, internet, téléphonie), la formation, la valorisation et l’accompagnement des innovations. 
 
Propos recueillis par TE 
Partager ceci :

Laisser un commentaire

16 + quatre =

Top